Editionen

Le Roman d’Alexandre

Vers des mondes lointains à travers l’enluminure gothique

Londres, The British Library, MS Royal 20 B XX


Des événements historiques et des aventures fantastiques somptueusement décorés dans le style gothique

En quittant l’Europe pour envahir l’Asie en 334 av. J.-C., Alexandre le Grand changea la face du monde. Au cours de l’antiquité et du Moyen Âge, il a eu, en Orient comme en Occident, un rayonnement sans pareil qui a perduré jusqu’à nos jours. Le Roman d’Alexandre, composé à Paris entre 1420 et 1425, est un manuscrit très richement illustré qui relate la vie fascinante d’Alexandre le Grand. 86 miniatures au cadre doré ornent la quasi-totalité des feuillets du manuscrit. Elles décrivent au moyen d’images gothiques de toute beauté les origines mythiques d’Alexandre, l’enseignement qu’il reçut d’Aristote et les fameuses batailles contre Darius, roi des Perses, et retracent sous forme de tableaux fantastiques l’extraordinaire épopée d’Alexandre jusqu’aux Indes.

Une centaine de grandes initiales dorées sont le point de départ d’abondantes arabesques végétales d’un or éclatant qui entourent les miniatures. L’enlumineur, qui doit son titre de « maître du Roman d’Alexandre » à ce chef-d’œuvre composé de 97 feuillets de 28,4 x 19,5 cm, a embelli le manuscrit d’illustrations saisissantes et fabuleuses qui, depuis 600 ans, ne cessent de fasciner les lecteurs et amateurs de l’ouvrage.

 

Des miniatures colorées témoignant d’imagination et d’originalité

Paysages, intérieurs, vues citadines, tournois, vie à la cour, animaux et êtres légendaires sont autant d’éléments illustrant successivement les nombreux épisodes captivants de la vie d’Alexandre le Grand, offrant ainsi au maître du Roman d’Alexandre l’occasion unique de laisser libre cours à son talent créatif dans des miniatures aux couleurs très vives. La parfaite reproduction des chevaux d’après nature et celle, extrêmement détaillée, des riches habits et armures sont la preuve de son savoir-faire et de sa minutie. Par ailleurs, il attache une grande importance au tracé unique et délicat de chaque visage, de même qu’à l’éloquence des gestes. Doté d’un talent inné pour reproduire des scènes dramatiques et fort d’une imagination débordante, il illustre l’histoire de ce héros de l’antiquité que l’Europe du Moyen Âge considère comme un chevalier et un souverain exemplaire.

 

Le Roman d’Alexandre : une œuvre littéraire médiévale et universelle

D’une multitude de légendes populaires anciennes à la fois fantastiques et terrifiantes sur les exploits d’Alexandre, naquit la version grecque du roman d’Alexandre au IIIᵉ siècle ap. J.-C., autrement dit plus de 500 ans après la mort d’Alexandre. Elle fut l’objet de nombreuses traductions et adaptations dans les langues populaires médiévales. Elle est même l’ouvrage illustré laïque le plus lu avant Gutenberg. Le Roman d’Alexandre, quant à lui, est sans nul doute l’un des plus splendides manuscrits médiévaux sur Alexandre le Grand.

 

Alexandre le Grand, l’incarnation du chevalier médiéval

Dans l’Europe du Moyen Âge, l’abondante littérature et les innombrables œuvres d’art plastique représentant Alexandre associaient ce dernier à la culture dite « courtoise ». Il incarnait à la perfection toutes les vertus chevaleresques et ses émules jouissaient d’un immense prestige. Aussi les romans d’Alexandre furent-ils volontiers pris comme modèle pour l’éducation des jeunes princes. Il se pourrait même que le Roman d’Alexandre ait été destiné à un adolescent. C’est en tous cas ce que l’on serait tenté de penser en voyant le grand nombre de miniatures – pas moins de 86 –, le format maniable du manuscrit, l’emplacement des illustrations le plus souvent en haut de page pour faciliter la lecture et enfin, la description graphique et écrite de la relation entre l’élève, Alexandre, et le maître, Aristote.

 

Un ouvrage ayant appartenu au roi d’Angleterre Henri VIII

Le commanditaire de ce manuscrit superbement décoré demeure à ce jour inconnu. Néanmoins, il eut au XVIe siècle un propriétaire célèbre qui dut énormément l’apprécier : le monogramme « HR » inscrit à la main sur la page de garde signifie Henricus rex et se réfère au roi Henri VIII d’Angleterre. En 1757, le roi Georges II fit don de la Old Royal Library au British Museum. Cette bibliothèque, qui devint ensuite la British Library, conserve encore aujourd’hui, sous la cote MS Royal 20 B XX, ce joyau qu’est le Roman d’Alexandre.

 

Commander le dossier de documentation

Vous souhaitez en savoir plus ou avez des suggestions?
N'hésitez pas à nous contacter.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

ALX_53r

ALX_82v

ALX_22r

ALX_76v

Der Pariser Alexanderroman, fol. 19v/20r

Le Roman d'Alexandre en quelques lignes

Londres, The British Library,
MS Royal 20 B XX

Date de réalisation: env. 1420/25
Lieu de réalisation: Paris
Format: env. 28,4 × 19,5 cm
Volume: 194 pages (97 feuillets)
Contenu: Roman
Langue: ancien français
Artiste: Maître du Roman d'Alexandre


Historique: Au XVIᵉ siècle, le manuscrit se trouve à la Old Royal Library des rois d’Angleterre. Le monogramme « HR » désigne son propriétaire, Henri VIII. En 1757, le roi Georges II fit don de la vieille bibliothèque royale au British Museum. De la bibliothèque du musée naquit plus tard la British Library.


L'édition en fac-similé du Roman d'Alexandre doit paraître à l'été 2014 aux Editions Quaternio Verlag Luzern.