Editionen

Le livre de prières de Claude de France –

Le joyau personnel de la jeune reine

New York, The Pierpont Morgan Library, MS M.1166


« Un triomphe artistique… »

– c’est en ces termes enthousiastes que le spécialiste des manuscrits anciens Roger S. Wieck décrit ce merveilleux ouvrage enluminé, dont le public n’eut connaissance qu’en 2008 après une donation privée à la Pierpont Morgan Library de New York. Ce livre de prières, réalisé en 1517 pour Claude de France et entièrement illustré, s’inscrit parmi les célèbres manuscrits destinés à la cour des rois de France.

 

Claude de France (1499-1524), statue en marbre sur sa tombe, cathédrale Saint-Denis

Une galerie ininterrompue d’images : 132 scènes vivantes sur 104 pages

Le livre de prières de Claude de France enchante non seulement par la finesse de sa peinture dans le charmant petit format de 49 sur 69 mm, mais aussi et surtout par la richesse inhabituelle des images. Nommé d’après l’ouvrage qu’il a réalisé, le Maître de Claude de France a composé un enchaînement continu d’images à pleine page, parfois même en double page au-dessus desquelles est posé un petit champ de texte comme un colophon. Et même dans ces champs écrits de petites incises sont pratiquées afin de pouvoir montrer encore plus d’images : un manteau flottant au vent, un geste auguste du bras, un regard sur un paysage lointain viennent encore animer la composition.

Le Maître de Claude de France a réussi la prouesse d’intégrer, sur 104 pages, 132 scènes imagées et vivantes illustrant la vie du Christ et de la Vierge Marie, les apôtres et les saints les plus divers !


Un cadeau personnel pour son couronnement

Claude de France, fille d’Anne de Bretagne et de Louis XII, grandit dans un environnement où l’art était omniprésent : manuscrits enluminés, tapisseries, peintures, monnaies. En 1514, alors qu’elle n’avait que 14 ans, elle épousa François d’Angoulême, qui deviendra plus tard François Ier et premier roi de la Renaissance française.

Des témoins de l’époque décrivent Claude de France comme une femme menue, d’un tempérament doux et généreux. Sa vie durant, elle subit la pression d’offrir à son pays un héritier du trône. En 10 ans, elle donna naissance à 8 enfants avant de mourir d’épuisement en 1524. En 1517, Claude de France est couronnée reine de France. Ce fut l’occasion pour elle de demander à son peintre préféré de lui confectionner un livre de prières qu’elle pourrait, grâce à son petit format, avoir toujours avec elle. Son blason apparaît trois fois dans le manuscrit, dont deux avec une couronne dorée. Le caractère personnel du livre de prières de Claude de France se révèle aussi dans les allusions au bonheur maternel et familial et dans l’emploi des « cordelières » qui encadrent les miniatures – un emblème que Claude avait repris de sa mère bien aimée, Anne de Bretagne.

« Le style du Maître de Claude de France est extrêmement fin et délicat. Une palette subtile de tons pourpre, mauve et rose est appliquée au pinceau, d’une manière tellement légère qu’elle en est parfois invisible. L’artiste maîtrise particulièrement la profondeur atmosphérique qu’éclairent et augmentent encore les douces teintes des paysages et des localités que l’on voit souvent en arrière-plan. »

Roger S. Wieck
Pierpont Morgan Library


Une inspiration venant de Léonard de Vinci

Non seulement Claude, mais aussi son époux François Ier fut un grand mécène des arts. Ses agents achetaient en Italie des œuvres de Michel-Ange, du Titien et de Raphaël, qui allaient constituer plus tard la collection de peintures du Louvre. François fit édifier sur la Loire le monumental château de Chambord et transformer celui d’Amboise en une architecture Renaissance largement admirée.

Il fit également venir à Amboise Léonard de Vinci, qui y passa les dernières années de sa vie. François Ier était très amicalement lié à ce savant universel italien. On dit même qu’il pleura le jour de sa mort. L’une de ses peintures, la célèbre Vierge aux rochers (Louvre), a dû fortement impressionner le Maître de Claude de France puisqu’il s’en inspira pour l’une des miniatures de son livre de prières.


Joyau de la collection Rosenberg

L’histoire du livre de prières de Claude de France reste en grande partie obscure. Après la Deuxième Guerre mondiale, il devint propriété du libraire viennois H.P. Kraus, qui vendit le manuscrit à la fin des années 1970 au collectionneur new-yorkais Alexandre P. Rosenberg. Celui-ci considérait ce livre comme le joyau de sa collection. Rosenberg mourut en 1987 ; 21 ans plus tard, sa veuve Elaine fit don du Livre de prières de Claude de France à la Pierpont Morgan Library en souvenir de son mari.


L’ex-libris de Pablo Picasso

Il suffit d’ouvrir le manuscrit pour être frappé par la petite œuvre d’un tout autre maître : un ex-libris venu du coup de pinceau marquant de Pablo Picasso et que le peintre avait réalisé spécialement pour le galeriste new-yorkais Rosenberg. Il n’est sans doute aucun autre manuscrit qui présente une aussi plaisante passerelle enjambant un demi-millénaire d’histoire de l’art ! L’édition du livre de prières de Claude de France est la seule au monde présentant un fac-similé de l’ex-libris de la main du maître espagnol.


Le renouveau de ce bijou : le livre de prières de Claude de France, disponible à l’avenir uniquement en fac-similé

Avec ses fines pages de parchemin, le livre de prières est tellement fragile qu’il finira par disparaître dans les coffres climatisés de la Pierpont Morgan Library. L’édition en fac-similé de Lucerne est ainsi, pour la recherche et pour les bibliophiles, la seule possibilité d’accéder à cette galerie d’images de la Renaissance française – raison de plus pour que sa fabrication réponde aux critères les plus élevés qui soient.


Le difficile rendu des couleurs et de l’or en poudre

Chaque page photographiée est placée sous plexiglas, protection indispensable pour le manuscrit mais difficulté supplémentaire pour le traitement des couleurs. Munis de leurs épreuves, des lithographes expérimentés comparent sur place, à New York, les feuillets en fac-similé et l’original, afin de contrôler la fidélité des couleurs et de corriger les écarts les plus infimes.

Un défi particulier consiste à rendre fidèlement les nombreuses parties en or de coquille chatoyant qui anoblissent chaque page du livre de prières de Claude de France. Aucune technique photographique ne peut saisir ce métal précieux tel qu’il est. Pour ces parties, des tirages doivent être spécialement et minutieusement produits à la main.


La reliure en velours avec fermoirs dorés


Les feuillets sont rognés conformément à l’original et cousus en cahier pour former le corps d’ouvrage. La précieuse reliure en velours rouge est maintenue par deux fermoirs dorés portant le lys des rois de France. Des restes d’émaillage blanc sont minutieusement appliqués par un orfèvre. Pour finir, le relieur inscrit soigneusement à la main, sur la dernière page du fac-similé, le numéro d’édition unique – dernière intervention manuelle dans le long processus de réalisation du volume.

Vous souhaitez en savoir plus ou avez des suggestions ?
N’hésitez pas à nous contacter.

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Pablo Picasso

Doppelseite zum Evangelisten Lukas

Szenen aus dem Leben des Christophorus

der Tod des hl. Hieronymus / der hl. Hubertus verehrt den wundersamen Hirsch

Le livre de prières de Claude de France en quelques lignes

Pierpont Morgan Library, New York.
MS M. 1166

Date de réalisation : vers 1517
Lieu de réalisation : Tours
Format : 49 x 69 mm
Volume : 104 pages (52 feuillets)
Contenu : Livre de prières
Langue : latin
Artiste : Maître de Claude de France

Commanditaire : Claude de France (1499-1524), à l’occasion de son couronnement comme reine de France en 1517

Histoire : après la mort de Claude de France, l’histoire du livre de prières de Claude de France reste en grande partie obscure. Après la Deuxième Guerre mondiale, il devint propriété du libraire viennois H.P. Kraus, qui vendit le manuscrit à la fin des années 1970 au collectionneur new-yorkais Alexandre P. Rosenberg. Celui-ci considérait ce livre comme le joyau de sa collection. Rosenberg mourut en 1987 ; 21 ans plus tard, sa veuve Elaine fit don du Livre de prières de Claude de France à la Pierpont Morgan Library en souvenir de son mari.

L’édition en fac-similé du livre de prières de Claude de France a paru en 2009 aux Éditions Quaternio Lucerne et est disponible de suite.